sam.

07

janv.

2012

Tunisie : Comment créer de l’emploi et exploser les TICs

Quelques mesures concrètes, pourrait permettre de littéralement faire exploser le secteur des technologies en Tunisie, et faire baisser significativement le taux de chômage dans ce domaine à très forte valeur ajoutée. Voici les solutions préconisées par Taher Mestiri, de Tunandroid.

Quelques ajustements peu coûteux, pourraient ainsi permettre de générer une nouvelle source de revenus en devises profitable pour tous les fils de la Tunisie. Le principal obstacle ? Aujourd'hui, le Tunisien moyen n'a pas le droit de disposer d'un compte en devises avec un solde de départ constitué à partir d'un change effectué localement et Il ne dispose pas d'une carte de crédit internationale qui lui permet de recevoir des recharges d'argent depuis l'extérieur à la suite de vente de service ou de produit.

Prenant l'exemple de PAYPAL, un moyen de paiement international, parmi les plus utilisés dans le monde (18% de l'E-Commerce mondial), mais qui n'est pas accessible aux tunisiens. Aucune possibilité pour nous d'ouvrir un compte vérifié et les comptes non vérifiés pour des citoyens comme en France ont un plafond de 1500 €.

Vous savez ce que font certains tunisiens pour se faire payer via PAYPAL ? Ils louent un serveur en France, l'utilise pour accéder à PAYPAL et ouvrir un compte en étant français par exemple avec une identité imaginaire et commencent à recevoir leurs paiements à la hauteur du plafond indiqué. S'ils se font plus d'argent, ils sont obligés d'ouvrir à chaque fois un nouveau compte avec une nouvelle fausse identité. Est-ce que vous pensez que cela encourage le tunisien à l'E-Commerce ? Bien sûr que non.

Des pays maghrébins ont déjà compris l'enjeu et l'importance de s'ouvrir et d'être parmi les acteurs de l'E-Commerce mondial. C'est le cas par exemple du Maroc qui, dès le premier semestre 2012, donnera la possibilité à tous les marocains d'avoir un compte vérifié PAYPAL.

Que peut être fait par un auto-entrepreneur Tunisien ?

Plusieurs success-stories à l'échelle internationale peuvent aider sur cette question et apporter des réponses :

• Prenons l'exemple des applications mobiles, sur Android, parmi les applications les plus vendus, il y en a une particulièrement qui a été développée par un développeur français, Ludovic Vialle, et qui a tellement cartonné en étant dans le top payant, qu'elle a été téléchargée plus de 1 million de fois à un prix de ~2€, un an et demi seulement après son lancement. L'investissement de départ était 1 PC avec une connexion internet et les frais d'ouverture d'un compte sur l'Android Market (25 US$).

• Il y a aussi la success story de Sean Belnick, un jeune entrepreneur qui a commencé sa vie professionnelle à l'âge de 14 ans en 2001 avec un site web (BizChair.com) spécialisé dans la vente des chaises de bureau.

En 2010, ça lui rapporte 48 Millions de Dollars.

• Enfin, il y a l'histoire d'Ashley Qualls, qui a fait un site web (whateverlife.com) à l'âge de 14 ans en 2004 en empruntant 8 US$ à sa mère et à commencer à publier des layouts de MySpace et des tutoriaux HTML pour les gens de son âge. Elle a refusé en 2006, moins de deux ans après le lancement de son site, une proposition à 1.5 Million de dollars et la voiture qu'elle veut. Elle a bien fait de refuser car son site est aujourd'hui évalué à 4 Millions de Dollars.

Examinons maintenant quelques exemples de secteurs du domaine de l'IT qu'un auto-entrepreneur tunisien peut exploiter comme première étape :

Vendre ces heures de travail en Freelance

Prenons par exemple les sites freelance.com, Odesk.com, Elance.com qui sont des sites de freelance (travail indépendant) et qui mettent à la disposition des développeurs, programmeurs, traducteurs tout type de travail qui se fait à distance. Lire ces articles pour avoir une idée plus clair sur le travail en Freelance: http://bit.ly/yfC9p0, http://bit.ly/AjOeyn, http://bit.ly/zcA9Y3

Vendre des applications en Software As A Service (SaaS)

D'après Gartner, le leader en recherche et conseil dans le domaine de l'IT dans le monde, ce secteur représente en 2011, 12.7 Milliards de Dollars, avec une augmentation de 20% par rapport à 2010. Ce secteur continuera à augmenter pour dépasser les 18 Milliards de Dollars en 2015.

D'après Frost, l'année 2012 sera marquée par l'expansion remarquable du Cloud Computing vers les plateformes mobiles vu que cette année, d'après les prévisions, il y aura plus de smartphones et tablettes mobiles vendus dans le monde que de PCs.

Traduire et développer des applications mobiles en Arabe

Là où des marchés arabes arrivent à saturation dans la téléphonie mobile, comme l'Arabie Saoudite avec ses 54 Millions d'abonnés en 2011 et un taux de pénétration de 186%, les applications et services mobiles en langue arabe ne suivent pas beaucoup la tendance. Aujourd'hui, sur l'Android market, le contenu arabe est très faible, or, les éditeurs d'applications, s'intéressent de plus en plus au marché émergent du moyen orient. Beaucoup d'entre eux, cherchent à sous-traiter la traduction de leurs applications ou à les adapter à la culture arabe à travers des partenariats dans ce sens.

Des pistes de solution

• Permettre aux diplômés de l'enseignement supérieur de disposer d'un compte en devises lié à une carte de crédit internationale avec un solde de départ plafonné à 500 €, alimenté par une opération de change locale et déductible de leurs allocations touristiques.

• Chaque bénéficiaire aura l'obligation d'ouvrir une patente ou une société et de déclarer toutes ses transactions financières avec le relevé bancaire des transactions effectuées via la carte de crédit et à partir du compte bancaire comme preuve justificative.

• Les bénéficiaires ne peuvent retirer l'argent reçu qu'en Dinars Tunisiens

• Cette expérience entrepreneuriale ne doit pas annuler l'éligibilité du bénéficiaire à l'emploi en SIVP ou autre plan d'insertion au cas où ce dernier trouve un emploi qu'il choisit de prendre avant la fin de son deuxième exercice comptable.

• Créer et promouvoir des mini-cyberparcs pour permettre aux diplômés qui ne disposent pas d'un PC connecté de travailler comme même avec le matériel qui sera mis à leur disposition.

Qu'est-ce que cela peut coûter à la Tunisie ?

En moyenne, pas plus que 200-300 €/an/auto-entrepreneur. Supposant que 5000 jeunes ont décidé de devenir auto-entrepreneurs grâce à cette opportunité. Ils coûteront, au maximum, à la Tunisie en terme de devise : 5000 * 500 € = 2.500.000 €. Ceci, comparé aux investissements industriels, par exemple, qui pourraient faire employer le même nombre, semble dérisoire mais aussi rapidement et facilement évolutif.

De plus, sur ces mêmes 5000 jeunes, il y aura, sans aucun doute, des success-stories et des revenus conséquents qui viendront renflouer les caisses de l'état en termes de devises. Sans chiffres prévisionnels à l'appui, je pense que la balance peut être très positive et l'expérience n'est pas tellement coûteuse.

 

Source: Tekiano par Taher Mestiri

Écrire commentaire

Commentaires : 0